Accueil du site > Actualités > International > Commission des Nations-Unies sur le statut de la femme : violence, trafic (...)

Commission des Nations-Unies sur le statut de la femme : violence, trafic et accès aux medias

lundi 31 mars 2003, par Elsa Boulet

Commission des Nations-Unies sur le statut de la femme a centré sa session annuelle sur l’accès des femmes aux médias et sur l’élimination de toute forme de violence envers les femmes et les filles. Un rapport concerne les efforts coordonnés des gouvernements et des organisations internationales pour combattre effectivement le trafic des filles et des femmes, qui a pris des proportions mondiales. Ce rapport préconise d’adopter une stratégie anti-trafic, qui utilisera une approche basée sur les droits humains et le genre, similaire à ce qui existe en matière de justice criminelle. Un autre rapport s’intéresse aux effets des restrictions israëliennes sur les femmes palestiniennes. Un rapport sur l’Afghanistan explique que dans nombre de régions de ce pays, les femmes doivent faire face à la violence et sont les premières victimes de l’insécurité, ce qui limite leur accès à la vie publique et menace leur vie et leur dignité. Par ailleurs, des leaders locaux continuent de leur appliquer des restrictions en matière de libertés fondamentales et de droits humains. Le CEDAW s’avère être un des outils primordial pour combattre l’inégalité et la discrimination des femmes dans le monde. Cet organisme a observé une résurgence de néo-nazisme et néo-fascisme, d’un nationalisme ethnique et de fondamentalisme religieux, qui visent les femmes. Une discussion sur les droits de reproduction, utilisés comme outils contre les violences basées sur le genre a pointé le cas des Roumaines en Slovaquie, contrainte à la stérilisation, celui des femmes népalaises emprisonnées pour avortement - alors que le gouvernement a décriminalisé l’avortement - et le manque d’accès des femmes maliennes au planning familial. Le déni des droits de reproduction de la femme a été reconnu comme un acte de violence. A cette fin, le centre pour les droits de reproduction (Center for Reproductive Law and Policy) invite à signer une pétition pour soutenir la libération des 50 femmes emprisonnées au Népal, qui faute d’avoir le droit à un procès, vivent dans des conditions inhumaines et manquent de médicaments et de nourriture.
Source : WEDO (Women’s Environment and Development Organization) - Feminist Daily News Wire

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0