Accueil du site > Ressources > Ecrire pour vivre

Ecrire pour vivre

lundi 30 septembre 2002, par Joëlle Palmieri

En Afrique du Sud, une organisation de femmes a décidé de réhabiliter la vie d’une région sinistrée par la voix des femmes. Créer du lien, entre elles, entre leur région et leur vie, entre la terre et la vie. Histoire de mémoire, histoire de ville, de vie, les femmes aiment à se raconter, dans leur langue, et à se lire. Deux livres de recueil ont déjà été publiés.

Kim Andreoli, membre de l’organisation Southern Cape Land Committee (SCLC) et responsable du programme de genre, facilite, depuis trois ans, l’écriture d’histoires de femmes. Le premier - une série d’histoires de femmes de la région du Western Cape, au sud-ouest de l’Afrique du Sud, intitulé " la mémoire des femmes ", a été lancé en novembre 1999. Ce livre constitue une telle réussite que SCLC a voulu répéter le processus. Le premier livre révèle les histoires personnelles de six femmes du Western Cape qui toutes appartiennent aux diverses communautés avec lesquelles l’organisation travaille. Une de ses options était de répéter le même processus avec différents participants, mais le deuxième livre a pris son propre élan. Lancé le 9 mars 2002, intitulé "Nelspoort Ons Lief en Leed", il est écrit par 16 femmes toutes de la même communauté, notamment Nelspoort.
Nelspoort est une petite ville, en grande partie oubliée dans le Karoo entre le Beaufort occidental et la région des Trois soeurs. C’est en effet seulement en 1999 que Nelspoort a obtenu son statut de ville... Avant cela, le département de la santé (DoH) était responsable de Nelspoort, qui était conçu comme hôpital en 1924. Ces 16 femmes dont les dates de naissance s’étendent du début des années 20 aux années 80, ont écrit leur vision de l’histoire de cette ville.
Comme cela était le cas pour le premier livre, le processus a révélé une dynamique de changement et d’empowerment à la fois pour les participantes et pour les animatrices elles-mêmes. Fait si rare, les femmes rurales ont eu le temps et l’espace pour réfléchir à leurs vies et pour partager leurs expériences avec d’autres. L’enjeu : leur donner les moyens d’écrire et surtout de les publier. Par ailleurs, ces récits déchirants, honnêtes et amusants ont donné aux initiatrices de ce projet une plus juste compréhension de ce que signifie être une femme rurale du Karoo.

Redonner vie à une région

Nelspoort a été gravement atteint par la générale dégringolade de l’hôpital et de son personnel, ce qui a eu pour résultat la perte de travail pour la majeure partie de la communauté. A son apogée, les services gouvernementaux de la direction des hôpitaux procuraient la majorité des emplois à la communauté de Nelspoort. Les personnes qui ne faisaient pas partie du personnel soignant étaient employées aux travaux de blanchisserie ou de cuisine et beaucoup d’hommes travaillaient à la ferme, pour fournir l’hôpital en lait, légumes et viande.
La chute de l’hôpital a donc causé un grave chômage, mais elle a aussi eu comme conséquence la dégradation générale de la ville et de sa communauté. SCLC a donc fonctionné avec la communauté de Nelspoort durant les trois dernières années avec les objectifs suivants :

- Travailler conjointement avec le ministère de l’Agriculture afin d’assurer le droit à la terre communale dans le but de la cultiver,

- Développer les ressources avec l’encadrement,

- Animer des ateliers de genre,

- Identifier des conditions de subsistance.
Concernant ce dernier point, une des idées qui a émergé lors d’une réunion de la communauté était que Nelspoort devait être " mise sur la carte " et que la meilleure façon de le faire était d’éditer un livre concernant la ville et son histoire. SCLCet Anne Schuster, une écrivaine indépendante de Cape Town, ont organisé pendant une semaine un atelier d’écriture avec les habitantes de Nelspoort et c’est ainsi qu’un livre est né. À la différence du premier, qui n’avait pas officiellement été édité, SCLC a engagé pour ce livre une rédactrice et un éditeur. Le livre a été imprimé à Cape Town par une imprimerie communautaire du nom de Salty Print.
La communauté envisage aujourd’hui de vendre le livre sur les lieux touristiques autour du Beaufort occidental. Leur plan à long terme est d’ouvrir un bed and breakfast et d’emmener les touristes en excursion à l’hôpital ou en balades afin d’admirer l’art de la roche dans la région. Pour rendre l’histoire des femmes rurales visible, il reste à rendre ce livre accessible dans les écoles et les bibliothèques dans toute la région du Karoo et à le faire traduire pour atteindre une plus grande audience. Les fonds se font attendre. Mais la détermination de ces femmes qui recouvrent une identité commune est sans limites. Exemple à suivre.
Pour en savoir plus : http://www.nlc.co.za/sclc.htm

P.-S.

Joelle Palmieri – 29 septembre 2002

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0