Accueil du site > Ressources > Les Girls soldiers toujours d’actualité

Les Girls soldiers toujours d’actualité

samedi 1er avril 2000, par Nicolas Bégat

Aujourd’hui, on compte environ 300 000 enfants âgés de moins de 18 ans engagés dans les conflits armés. Quelques milliers seraient des membres actifs de ces luttes armées (gouvernementales ou non). En règle générale, le recrutement se fait entre 15 et 18 ans, mais il n’est pas rare d’y côtoyer des gamins de 10 ans, voire moins. L’incorporation se fait sous la contrainte ou par la violence ou encore par l’enlèvement. A contrario, le volontariat existe car les enfants savent qu’ils pourront manger, dormir sous un toit et être dans une sécurité relative.
Et les filles dans tout cela ? Elles sont utilisées comme cuisinières, concubines pour la troupe avec en prime les grossesses, les accouchements et les avortements, mais elles prennent aussi, le cas échéant, les armes pour se battre (pistolets, fusils-mitrailleurs, AK47, M-16, R-15 etc....). On les retrouve davantage du côté des guérilleros plutôt que dans les forces gouvernementales. Il y aurait entre 25 et 30% de filles dans l’armée d’opposition en Ethiopie ( R.Brett et McCallin, children the Invisible soldiers. Rädda Bernen Stockholm 1996 page 36).
Les conséquences sont multiples : blessures graves, infections multiples, maladies sexuellement transmissibles comme le SIDA, troubles auditifs et visuels. Les souffrances psychologiques causées par la rigueur militaire et par les atrocités de la guerre les empêchent souvent de retrouver une vie normale tant affective que sociale.


Source : Amnesty international /section France

P.-S.

Pascale Gimenes

SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0